Holistic Natural Health Experts

L'addiction au sport - Tout ce qu'il faut savoir

Pour commencer, il faut savoir que l’addiction au sport est encore un sujet tabou. Difficile à croire ? Oui, mais c’est malheureusement la réalité.

On aurait pu croire qu’après tout ce temps, en 2023, tout ce qui gravite autour du sport aurait fait parler de lui mais pas du tout. Il existe encore de nombreux sujets liés au monde du sport qui sont bien cachés des yeux du public.

La publication du livre : « Un si long silence » de Sarah Abitbol, la partie visible de l’iceberg d’un cauchemar scandaleux et dégoûtant dans le domaine du sport, n’est qu’un exemple parmi les nombreux sujets bien cachés liés au monde du sport.

L’addiction au sport est l’un d’entre eux. Ni le pire, ni le meilleur, il touche les athlètes du niveau amateur jusqu’au niveau professionnel.

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, il n’y a pas de frontière nette entre les niveaux amateur et professionnel de la pratique sportive. Il s’agit d’un large gradient, difficile à définir, qui fluctue en fonction des individus, des sports, des environnements, des pays, des cultures, etc.

L’addiction au sport est l’un des deux risques de blessures psychologiques inhérents au sport :

  • Dégoût de la compétition
  • L’addiction au sport

Lisez notre article dédié au dégoût de la compétition si vous voulez en savoir plus à ce sujet.

Runner Holistic Natural Health Experts Holisticliving Holistichealthcoach

Qu’est-ce que l’addiction au sport ?

L’addiction au sport est, comme toute addiction, un mécanisme de dépendance à quelque chose, en l’occurrence, la pratique d’un sport.

Contrairement à d’autres addictions (drogues, jeux d’argent, sexe, etc.), la dépendance au sport est assez difficile à appréhender pour les personnes qui ne pratiquent pas d’activités physiques ou simplement de manière occasionnelle. Pour eux, être addict à une douleur et une souffrance sévères lors d’un effort physique intense peut ressembler davantage à du masochisme, et il peut être difficile de croire que quelqu’un puisse être accro à cela.

Ce n’est qu’en partie vrai.

Biologiquement, lorsque vous obligez fréquemment votre corps à subir une douleur intense, cela crée une cascade de réactions (hormones, inflammation, etc.).

Dans le domaine des hormones, les très célèbres endorphines sont massivement sécrétées. Ces hormones procurent une sensation de plaisir et d’euphorie.

C’est là qu’intervient le plaisir chimique induit par notre métabolisme, et que commence le mécanisme de d’addiction. Si vous vous poussez suffisamment loin, vous obtenez la « récompense » du plaisir.

Le problème est que, comme toute addiction, il faut se pousser un peu plus chaque fois pour ressentir le même plaisir, ou du moins on est de plus en plus incapable d’y renoncer.

Pourquoi l’addiction au sport est encore un sujet tabou ?

Les raisons sont nombreuses, et voici les trois principales :

  • pas de dommage physique direct
  • contexte général de manque d’activité physique
  • peut être considéré comme une bonne addiction

Pas de dommage physique direct

Contrairement à la toxicomanie, l’addiction au sport ne crée pas de dommages physiques directs à votre corps.

Il est indiscutable que fumer tue, tout comme consommer de l’héroïne, de la MDMA, etc. En revanche, la pratique d’un sport n’endommage pas votre corps en soi.

Vous ne vous empoisonnez pas avec des substances toxiques. Par conséquent, une fois que l’on est accro au sport, l’argument d’arrêter pour des raisons de santé ne tient pas vraiment.

Cependant, la réalité est plus nuancée. Bien sûr, les effets ne seront jamais proches de ceux de la drogue, mais la dépendance au sport peut tout de même entraîner des dommages corporels, principalement parce que l’on pousse son corps au-delà de ses limites.

Contexte général de manque d’activité physique

Aujourd’hui, surtout dans les pays développés, les gens souffrent massivement de surpoids et d’un manque d’activité physique.

Cela ne date pas d’hier, cela fait quelques dizaines d’années que le problème existe, notamment à cause de l’explosion de la malbouffe, et ces derniers temps, avec les confinements, il a tout simplement explosé.

Dans ce contexte compliqué, vous pouvez comprendre combien il est difficile de parler d’addiction au sport.

Peut être considéré comme une bonne addiction

C’est peut-être la partie la plus vicieuse du problème et la raison pour laquelle les personnes souffrant de cette addiction peuvent facilement se persuader que tout va bien.

Dans la plupart des sports, se dépasser signifie se rapprocher du « corps parfait » ou de la « performance parfaite » et, plus important encore, permettre aux athlètes de réussir leur carrière.

Ainsi, en plus de la recherche du plaisir avec la libération massive d’endorphines, on pourrait avoir d’excellents arguments pour poursuivre son addiction.

Comment identifier son addiction au sport ?

Comme pour toute les addictions, il y a trois concepts clés :

  • Perte de contrôle
  • Dommages auto-infligés
  • Symptômes de sevrage

La principale difficulté dans le cas de l’addiction au sport est qu’il faut mettre de côté les avantages du sport pour la santé et l’envisager d’un point de vue neutre.

Considérez le sport comme une drogue et posez-vous les questions suivantes.

  • Pouvez-vous arrêter immédiatement et complètement votre pratique sportive ?
  • Lorsque vous ne pouvez pas faire de sport (à cause d’une blessure, par exemple), êtes-vous exempt de symptômes de manque comme l’anxiété, l’irritabilité, les tremblements ou les nausées ?
  • Êtes-vous conscient et prudent quant aux blessures que votre pratique sportive peut induire ?
  • Si oui, décidez-vous consciemment à tout moment jusqu’où vous voulez pousser votre corps ?
  • Pouvez-vous contenir votre pratique sportive à la place souhaitée dans votre vie ?

Si la réponse est non à l’une de ces questions, vous commencez peut-être à tomber dans une addiction au sport.

Crossfit Holistic Natural Health Experts Holisticliving Holistichealthcoach

Recevez de l’aide pour vos problèmes de santé

Comment surmonter l’addiction au sport

Tout type d’addiction est fondamentalement mauvais. C’est le premier point important à ne jamais oublier, surtout lorsqu’il s’agit d’addiction au sport.

Si nous en venons au mécanisme de l’addiction, à savoir : ne plus avoir le contrôle sur le fait de faire, de prendre ou d’utiliser quelque chose au point où cela pourrait vous être nuisible, l’aspect principal est que vous ne gardez pas le contrôle sur le besoin.

Comme nous ne sommes pas addict à la respiration de l’air car c’est quelque chose de vital pour notre corps et qui n’est pas nocif, la question clé est : quand cela devient-il nocif ?

Dans le cas de la toxicomanie, la réponse est facile, car elle vous est déjà nuisible au départ. Il n’y a pas de bonne quantité d’héroïne à prendre, elle est juste mauvaise, point final.

Mais pour l’addiction au sport, c’est bien plus lié à la façon dont vous allez pousser votre corps et jusqu’où.

Bien sûr, pour progresser dans n’importe quel sport, vous devez vous pousser au-delà de vos limites actuelles, et c’est là que cela devient délicat.

La solution consiste à garder à l’esprit le deuxième aspect du problème : le maintien du contrôle. Si, par exemple, vous êtes un athlète professionnel ou que vous essayez de le devenir, et que vous repoussez vos limites pour atteindre vos objectifs, vous n’êtes pas dans une addiction au sport tant que vous pouvez décider, à tout moment, d’arrêter de le faire.

Bien sûr, ici, nous ne prenons pas en compte les enjeux financiers, les implications émotionnelles, ni la pression sociale et familiale potentielle liée à l’arrêt d’une carrière professionnelle, nous parlons simplement de votre capacité à garder le contrôle de la situation.

Si vous ne le pouvez pas, vous êtes addict au sport, et toutes les excuses du monde n’y changeront rien. Recognizing this is vital, as it is the initial step to overcoming any type of addiction. Il est essentiel de le reconnaître, car c’est l’étape initiale pour vaincre tout type d’addiction.

Mécanisme d’épuisement

Comme nous l’avons dit, toute dépendance repose sur trois concepts clés: perte de contrôle, dommages auto-infligés et symptômes de sevrage.

La compréhension du mécanisme d’épuisement est très importante pour le deuxième concept : dommages auto-infligés.

Tout sportif est habitué à endurer une douleur intense. Par conséquent, le concept de dommages infligés au corps est fortement biaisé en raison de la règle « pas de douleur, pas de gain ».

Si l’on revient à la libération massive d’endorphines, ces hormones ne sont pas des ressources illimitées dont la production ne coûte rien. En petite quantité, elles sont très bénéfiques, mais en quantité massive par surstimulation, elles vont épuiser l’énergie du corps et accélérer le vieillissement.

Dans ce scénario, de nombreux addicts du sport ne le ressentent pas, et bien souvent, ils n’ont pas du tout l’air épuisés. Là encore, si l’on compare avec un toxicomane, la différence est énorme.

Un toxicomane aura très vite une mine affreuse, alors qu’un accro au sport peut avoir l’air fort et en bonne santé.

C’est la beauté et la malédiction du sport, il peut faire paraître quelqu’un en très bonne santé alors qu’il ne l’est pas. Ce n’est que lorsqu’ils sont au bout de leur addiction que le vieillissement les rattrape.

En conclusion, même si un addict au sport ne se rend pas forcément compte qu’il abîme son corps en raison de la relation particulière qu’il entretient avec la douleur et le dépassement de ses limites, il est essentiel de faire connaître le mécanisme d’épuisement qui se produit silencieusement mais qui constitue néanmoins une forme de  » dommage auto-infligé « .

Nos recommandations pour vaincre l’addiction au sport

Comme nous venons de le mentionner, l’étape initiale consiste à reconnaître et à admettre l’addiction. Ce n’est qu’après cette étape initiale que l’on peut envisager de démarrer le processus pour la vaincre.

Ce processus exige du temps et de l’engagement. Bien que l’étape initiale puisse être instantanée, le reste ne se fera pas en un jour, une semaine ou un mois.

Pour avoir le maximum de chances de succès, ce processus, en plus du temps et de l’engagement, nécessitera une prise en charge complète basée sur :

  • Identifier et traiter tous les problèmes sous-jacents liés à l’addiction.
  • Aider le corps à se remettre des symptômes de sevrage
  • Adopter un mode de vie plus sain pour prévenir les rechutes et les autres addictions.

Pour ce faire, nous vous recommandons de vous faire aider par un expert en santé naturelle holistique, qui pourra avoir une approche globale mais personnalisée à votre situation. Il pourra vous guider tout au long de ce processus et s’adapter en fonction pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

Pour en savoir plus sur la santé holistique, veuillez consulter notre bibliothèque gratuite, qui regorge de sujets tels que ceux-ci, couvrant un large éventail de sujets rédigés par des experts en santé naturelle holistique.

Rejoignez-nous, et vivez votre meilleure vie !

S'inscrire gratuitement

N'oubliez pas de vous inscrire à notre adhésion holistique GRATUITE pour avoir un accès illimité à notre bibliothèque holistique et plus encore !